Le conflit d’éthiques : quelle solution ?  

Paraphrasant plusieurs philosophes et penseurs (dont Aristote[1], Luc Ferry[2], Paul Ricœur[3], Confucius[4], Emmanuel Kant[5], Sylviane Agacinski[6], Boris Cyrulnik[7], Lévitique [19 : 18 b][8]), je considère l’éthique comme l’art : de vivre avec et pour autrui dans des institutions justes ; d’agir, volontairement, conformément à un accord collectif librement consenti ou établi suivant la méthode opérationnelle, sur ce qui est juste ou bien ; d’ajuster ses manières d’agir ou d’être en fonction des principes moraux partagés par une société, en prenant soin de ne pas déranger autrui ; de trouver un juste milieu entre ses manières d’agir ou d’être et celles d’autrui ; d’accorder la priorité à l’intérêt général, en dépassant ses intérêts particuliers ; de traiter autrui bienveillamment comme il aurait aimé être traité, dans le respect de ses droits et libertés ; de « donner à César ce qui est César et à Dieu ce qui est à Dieu » ; de reconnaître sa responsabilité dans le malheur d’autrui ; de tenir compte de la manière de vivre d’autrui et d’œuvrer pour le bonheur d’autrui. L’éthique renverrait surtout au dépassement de soi, à un accord commun, à une intériorisation consciente de l’intérêt général, tenant compte des variantes éthiques et des éthiques négatives.

L’éthique positive peut être considérée comme une manière d’agir médiane entre soi-même et autrui, consistant à éviter tout dérangement à soi-même et à autrui, à tenir compte d’autrui sans en être complice. Sont susceptibles d’être considérées comme une éthique négative les manières d’agir ou d’être, dans le déni des droits et libertés d’autrui ou de l’intérêt général, les manières d’agir ou d’être qui se manifestent seulement à l’intérieur d’un clan, suivant les considérations ou la morale d’un clan ou d’une catégorie de personnes, ou une façon unique autoritaire de se représenter le monde ou les choses. Peuvent être considérées comme une éthique négative les approches manipulatrices, catégoriques, intégrationnistes, sous-développantes ou limitantes, méprisantes des droits et libertés d’autrui, consistant à se servir d’autrui, à entraîner autrui vers le bas, à restreindre les possibilités de progression d’autrui, à embarquer autrui dans des intérêts particularistes, contre l’intérêt général. Seraient une éthique négative les manières d’agir reposant sur des principes moraux rappelant le système esclavagiste, les crimes commis au nom d’une morale sectaire ou d’une doctrine portée par un clan ou un groupe déterminé de personnes.

Nul ne peut prétendre avoir le comportement exemplaire susceptible de faire école ou d’être imposé arbitrairement à d’autres personnes. L’éthique la plus exemplaire pour certains peut être contraire à celle d’autres personnes. Le refus de toute éthique peut être, en quelque sorte, considéré comme une forme d’éthique. Toute règle éthique peut avoir son opposé tout aussi valable que celle prédominante. Il y a une éthique de l’autorité à l’opposé de l’éthique de subrogés et de subalternes, une éthique de responsabilité et une éthique de conviction, une éthique des prestataires intellectuels et une éthique des prestataires non intellectuels, une éthique de l’esthétique du dedans[9] et une éthique de l’esthétique du dehors, une éthique conditionnée à la liberté (De Jacques Ruffié)[10] et une éthique conditionnée à la privation de la liberté, comme celle de l’esclavage. Il y a une éthique conditionnée au respect des droits de la personne — comme le pense Sylviane Agacinski[11] — et une éthique de refus des droits de la personne, dans de nombreux pays. Une éthique implique la recherche du bonheur pour autrui, le genre de vie et les conduites les plus susceptibles de rendre heureux, une vie vertueuse par rapport à la collectivité, tandis qu’une autre éthique peut privilégier la recherche du bonheur pour soi indépendamment de celui des autres.

De même, deux formes d’éthiques peuvent-elles s’opposer entre partisans et opposants à une doctrine ou courant de pensée. « L’éthique est le frein des perdants, la protection des vaincus, la justification morale de ceux qui n’ont pas su tout miser et tout rafler », pour Roberto Saviano[12], alors qu’elle suppose d’autres valeurs contraires pour d’autres penseurs. L’éthique peut être considérée en ce sens comme un frein ou un obstacle au développement personnel et professionnel pour certains auteurs, alors que, pour Aristote, elle est ce qui rend humain, une valeur essentielle à l’homme et au développement personnel. Entre l’éthique des vainqueurs et celle des vaincus, l’éthique des gagnants et celle des perdants, l’éthique des dominants et celle des dominés, l’éthique des gouvernants et celle des gouvernés, il est nécessaire de trouver le juste milieu nécessaire. Il peut exister un conflit d’éthiques même interne à une institution publique, entre les divers niveaux de gouvernance. De même peut-il en exister plusieurs au sein d’une même institution.

Je fais ce rappel après avoir constaté, dans le cadre d’une mission de consultation, un conflit d’éthiques très sérieux et une multiplicité d’éthiques ou de morales susceptibles de constituer un fléau au bon fonctionnement d’une institution, au développement durable et à la réussite d’un projet. Dans mon expérience, j’ai souvent constaté un conflit entre l’éthique aristocratique[13], l’éthique bantoue[14], l’éthique kantienne[15] et l’éthique aristotélicienne[16]. Un conflit entre une éthique aristocratique, une philosophie bantoue, une éthique kantienne et une éthique aristotélicienne, si minime soit-il, peut ruiner un projet, si les protagonistes ne s’accordent pas explicitement sur une éthique médiane. Même avec les professionnels les plus qualifiés, les plus compétents et les plus expérimentés, s’il y a conflit d’éthiques, multiplicité d’éthiques et des éthiques négatives entre eux, il est extrêmement difficile d’obtenir des résultats satisfaisants dans un projet.

L’une des solutions que j’avais proposée, lors d’une mission, pour faire face au conflit d’éthiques était la prévention, plus précisément la prévention des éthiques néfastes ou perverses au sein des institutions et entre protagonistes d’un projet ou d’une mission, entre membres d’équipe ou collaborateurs. J’avais également attiré l’attention sur les principes juridiques permettant de répondre au conflit d’éthique, notamment les principes de la garantie des droits (droit à l’information, droit à l’observation, droit à la participation, droit à la défense…), du contradictoire, du silence vaut acceptation, des pénalités de retard, de la gestion du temps. Je pensais d’ailleurs que la meilleure solution pour prévenir les conflits d’éthiques serait d’établir préalablement un accord d’éthique et un protocole de travail entre membres d’une équipe, personnels d’une institution, tout en mettant en place une entité pour veiller au respect de cet accord et de ce protocole de travail. Cependant, je n’ai pas l’impression d’avoir trouvé la meilleure solution possible ou celle qu’il faut aux conflits d’éthiques, qui constitueraient un obstacle important au fonctionnement des institutions, des relations entre les êtres humains. Un consensus sur l’éthique ne devrait pas donner lieu à des abus d’autorité ou de position dominante, à des compromissions dangereuses ou des silences illicites ou délictueux, contre l’intérêt général, au sein d’une institution publique.   

Un accord d’éthique et un protocole de travail entre collaborateurs, parties prenantes d’un projet, membres d’équipe ou personnels d’institution sont peut-être des solutions pour prévenir les conflits d’éthiques. Cependant, ils apparaissent insuffisants lorsqu’il s’agit de garantir l’intérêt général. Ils ne sont pas, à mes yeux, la solution la plus appropriée pour prévenir ou résoudre les conflits d’éthiques.  

Notes bibliographiques

[1] Voir : Aristote, Éthique à Nicomaque, Traduction (1959) J. Tricot (1893-1963), Éditions Les Échos du Maquis, 2014, <https://philosophie.cegeptr.qc.ca/wp-content/documents/%C3%89thique-%C3%A0-Nicomaque.pdf>.

[2] Luc Ferry, 2014, Une brève histoire de l’éthique, Le Figaro Editions. 

[3] Paul Ricoeur, 1990, Ethique et morale, <https://entrorger-anndefrenne.com/wp-content/uploads/2021/06/RICOEUR-P._Ethique-et-morale_Extrait-de-Lectures-1_1990_.pdf>; Philippe Svandra, « Repenser l’éthique avec Paul Ricœur. Le soin : entre responsabilité, sollicitude et justice », Recherche en soins infirmiers, 2016/1 (N° 124), p. 19-27, <https://www.cairn.info/revue-recherche-en-soins-infirmiers-2016-1-page-19.htm>.

[4] Gerard Lelarge, 2018, Confucius : 18 leçons pour réconcilier éthique et performance, 2e édition, Maxima, Coll. Master Class.

[5] Florian Cova, « Emmanuel Kant et l’éthique des principes », dans : Nicolas Journet éd., La Morale. Éthique et sciences humaines. Auxerre, Éditions Sciences Humaines, « Synthèse », 2012, p. 85-95, <https://www.cairn.info/la-morale–9782361060312-page-85.htm>.

[6] Pour paraphraser Sylviane Agacinski, est éthique ce qui respecte les droits humains. « La GPA, pratique contraire aux droits humains, ne peut pas être éthique », dit-elle (v. Eugénie Bastié et Vincent Trémolet de Villers, publié le 09/01/2017 à 18 h 5, mis à jour le 10/01/2017 à 15 h 48, <https://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/01/09/31003-20170109ARTFIG00235-sylviane-agacinski-la-gpa-pratique-contraire-aux-droits-humains-ne-peut-pas-etre-ethique.php>).

[7] Boris Cyrulnik : « Éducation et étique : avant, pendant et après Covid 19 » (https://www.youtube.com/watch?v=f2L3j_dG304), 26 décembre 2020 ; « Dilemmes éthiques » (https://vimeo.com/507048041), 1er février 2021 ; Éthique perverse (https://vimeo.com/505729593), 28 janvier 2021.

[8] Bible Louis Secon, Lévitique 19 : 18 : « Tu ne te vengeras point, et tu ne garderas point de rancune contre les enfants de ton peuple. Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Je suis l’Éternel ».

[9] Pierre Reverdy, « L’éthique c’est l’esthétique de dedans », <https://citations.ouest-france.fr/citation-pierre-reverdy/ethique-esthetique-dedans-18004.html>.

[10] De Jacques Ruffié, « Il n’y a d’éthique que lorsqu’il y a liberté », « http://evene.lefigaro.fr/citation/ethique-liberte-39737.php>.

[11] Eugénie Bastié et Vincent Trémolet de Villers, publié le 09/01/2017 à 18 h 5, mis à jour le 10/01/2017 à 15 h 48, <https://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/01/09/31003-20170109ARTFIG00235-sylviane-agacinski-la-gpa-pratique-contraire-aux-droits-humains-ne-peut-pas-etre-ethique.php>.

[12] Le Figaro.fr Scope, Citations, De Roberto Saviano / Gomorra, 2007, <http://evene.lefigaro.fr/citation/ethique-frein-perdants-protection-vaincus-justification-morale-3317155.php>.

[13] Raoul Fievet, 2018, Responsabilités publiques et éthique aristocratique/Le délicat jeu d’équilibriste des rois anglais de la fin du Moyen Âge, 36|2018, 415-446, <https://doi.org/10.4000/crm.16277> ; Suzanne Fiette, « 2. Valeurs aristocratiques et éthique des Lumières », dans : La Noblesse française. Des Lumières à la Belle Époque, sous la direction de FIETTE Suzanne. Paris, Perrin, « Hors collection », 1997, p. 36-79, <https://www.cairn.info/–9782262012045-page-36.htm>.

[14] L’éthique bantoue, qui consiste, pour les chefs, à se considérer au-dessus du savoir et de la science, au-dessus de toute morale, est l’une des formes d’éthique les plus dangereuses pour une institution.      

[15] L’éthique kantienne privilégie l’honnêteté, le bien-vivre, la volonté de faire la part des choses et de protéger tout le monde, pour éviter de faire des victimes. C’est une éthique très protectrice.

[16] Dans Éthique à Nicomaque, Aristote présente l’éthique comme ce qui définit l’homme en tant qu’homme. Selon lui, l’éthique renvoie à la recherche du bien suprême, du bonheur, du bien, du juste, de la justice pour tous, d’un ensemble de vertus de divers ordres, du juste milieu, du mérite. L’homme magnanime, puisqu’il mérite de recevoir le plus, doit être bon au plus haut degré. L’homme meilleur mérite toujours plus que le moins bon. Celui qui est le meilleur doit recevoir le plus. Par conséquent, l’homme vraiment magnanime doit être bon.

     

Amos Maurice

Amos Maurice, Docteur en droit public (Université de Poitiers), Consultant Amos Maurice

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedInGoogle Plus


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.