Haïti: les conditions pour réussir la transition politique

Dans un article que j’ai publié récemment sur le Conseil de transition en Haïti, j’ai détaillé certaines conditions que ce conseil doit remplir pour mener à bien la transition politique dans le pays. Pour que la transition politique soit réussie en Haïti, ce conseil doit être soumis au droit commun, à un système de contrôle robuste et à des règles de fonctionnement efficaces. En outre, il doit être composé de manière adéquate, structuré de façon solide et doté d’une mission pertinente.

La communauté internationale a recommandé la mise en place de ce Conseil présidentiel de transition en Haïti dans un contexte où le pays ne dispose d’aucune norme régissant l’organisation et le fonctionnement d’un tel conseil. Il n’y a ni système de contrôle de la constitutionnalité et de la conventionalité, ni Cour suprême (Cour de cassation) opérationnelle, ni système pénal adéquat, ni ministère public ou système de poursuites indépendant et impartial, ni juridiction administrative en tant que telle. Ce conseil devrait compter neuf membres, dont sept membres permanents pour assurer une présidence rotative et deux observateurs issus du secteur religieux et de la société civile, tel que convenu lors de la réunion du 11 mars 2024 à Kingston entre la Communauté des Caraïbes (Caricom), l’ONU, les acteurs haïtiens et d’autres partenaires internationaux. Cette recommandation survient à un moment où les crises atteignent leur point culminant en Haïti.

Ce conseil est confronté à la réticence de certains acteurs politiques et suscite de nombreuses interrogations au sein de la population haïtienne. Beaucoup d’Haïtiens craignent qu’il soit destiné à l’échec. Dans un contexte politique désastreux, un Conseil présidentiel de transition en Haïti, à un moment où le pays subit presque tous les effets de ses désastres institutionnels et anthropiques, soulève des questions légitimes. Sans une structure solide, une soumission aux lois, une juridiction certaine, indépendante et impartiale, et si ses membres ne sont pas réellement sujets à un contrôle, à des poursuites et à des sanctions, ce conseil entraînera inévitablement de nouvelles crises. La situation pourrait s’aggraver si chaque membre du conseil avait la possibilité d’amplifier impunément le népotisme, le partisanisme et la corruption qui rongent Haïti. Néanmoins, un Conseil gouvernemental de transition pourrait représenter le modèle politique nécessaire pour mettre fin aux crises récurrentes en Haïti.

Un tel conseil pourrait s’avérer salvateur pour Haïti, s’il répond aux critères nécessaires pour réaliser la transition politique souhaitée par les Haïtiennes et les Haïtiens. Cependant, les conditions nécessaires pour réussir cette transition sont loin d’être négligeables.

Pour en savoir plus, cliquer sur Conseil de transition en Haïti: un bon modèle – Iddec


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Amos Maurice (20 mars 2024). Haïti: les conditions pour réussir la transition politique. Juste droit. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1t3


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.