La politique linguistique en Haïti: quelle est la meilleure option?

Je rédige ce billet en raison d’une situation récurrente dans mes cours en Haïti. Fin décembre 2022, pendant mon cours d’histoire du droit à la Faculté de droit et des sciences économiques de l’Université d’État d’Haïti, à Port-au-Prince, j’ai été confronté à une situation assez surprenante et intrigante: un étudiant a remis en question l’utilisation du français comme langue d’enseignement et a exigé que les réponses à ses questions, posées en créole, soient également en créole.
Après m’avoir accusé d’avoir été endoctriné par les colons français, cet étudiant a osé s’approcher de moi pour arracher et déchirer des feuilles d’examen de mes mains, prétendant ainsi défendre sa langue maternelle. Pourtant, de la maternelle au postdoctorat, j’ai été instruit en français, à l’exception de cours de langues étrangères (anglais, espagnol, latin…). Même si parler d’autres langues n’était pas interdit en classe ou avec des camarades, le français est resté ma langue principale de communication, celle en usage dans les institutions et pour les interactions sociales.

Lors de mon retour en Haïti en 2019, après presque dix ans à l’étranger, j’ai découvert un pays transformé, avec des jeunes déterminés à défendre le créole, allant jusqu’à agresser ceux qui s’adressent à eux en français. Cette réalité ne s’est pas formée ex nihilo. Elle découle d’une politique linguistique en Haïti qui favorise la créolisation au détriment du français.

Je me souviens bien de l’étudiant qui m’a qualifié d’imitateur des colons, m’a agressé en plein cours pour réclamer l’usage du créole et a tout fait pour perturber le cours en français. Pourtant, en 2022, le français est l’une des cinq langues les plus parlées dans le monde, avec 321 millions de francophones, après l’anglais, le chinois, l’hindi et l’espagnol [1]. Elle est actuellement parlée dans plus de trente pays et, d’ici 2050, plus de 600 millions de personnes la parleront [2]. Le français est l’une des six langues officielles de l’ONU. Il est aussi la langue des livres de droit en Haïti, du plaidoyer, du jargon juridique aux côtés du latin, des opportunités de travail à l’ONU ou dans l’un de ses organes, des opportunités d’études dans une université étrangère en France, au Canada (Québec), en Suisse, en Belgique, en Roumanie, etc. Le français unit les Haïtiens à l’Afrique francophone, comme au reste du monde francophone.    

Le créole haïtien est actuellement parlé par environ 13 millions de personnes dans le monde, exclusivement des Haïtiens, et ne bénéficie d’aucune des opportunités mentionnées précédemment. Les tendances migratoires, exacerbées par la situation chaotique en Haïti, ne semblent pas indiquer une augmentation du nombre de locuteurs du créole haïtien à l’échelle mondiale pour les décennies à venir. Néanmoins, une mobilisation en faveur du créole et une politique de créolisation semblent reléguer le français au rang de langue menacée en Haïti.

Je pose les questions suivantes aux autorités publiques haïtiennes et à tout Haïtien avisé : quels sont les avantages d’abandonner la langue française au profit du créole haïtien ? Est-ce préférable pour les Haïtiens de parler uniquement le créole au lieu de leurs deux langues ? En quoi la langue française entrave-t-elle le développement en Haïti ? Quels bénéfices apporterait une politique de remplacement du français par le créole haïtien ? Même si le créole reste la langue locale, ne serait-il pas avantageux de l’associer à une langue internationale pour rester connecté au reste du monde? Une politique anti-française ou de créolisation totale ne risquerait-elle pas de compliquer l’accès des diplômés haïtiens aux bourses d’études à l’étranger ou aux opportunités professionnelles internationales ? Une créolisation totale ne risque-t-elle pas de conduire à un isolement préjudiciable au développement en Haïti ?   

Notes

[1] La langue française dans le monde, synthèse 2022, édition 2022, Gallimard, Organisation internationale de la Francophonie, https://www.francophonie.org/sites/default/files/2022-03/Synthese_La_langue_francaise_dans_le_monde_2022.pdf>.

[2] Même source.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Amos Maurice (8 février 2023). La politique linguistique en Haïti: quelle est la meilleure option? Juste droit. Consulté le 14 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/qlfe


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.