Pétition pour le renforcement des règles générales de protection de la population haïtienne en cas de pandémie ou d’épidémie

Son Excellence Monsieur le Président de la République Jovenel Moïse,

Monsieur le Premier Ministre Joseph Jouthe,

Mesdames et Messieurs les Ministres,

Chers Signataires du décret du 20 mai 2020,

En ma qualité de citoyen haïtien, je vous adresse cette pétition, sur le fondement des dispositions des articles 29 et 127 de la Constitution, pour requérir qu’il vous plaise de bien vouloir réviser le décret du 20 mai 2020 (Le Moniteur n° 88 du 21 mai 2020), afin :

  • D’y intégrer des règles générales de télé-procédures, de télé-recours, de télétravail, de télé-éducation, d’e-commerce, de télésurveillance, de télémédecine, d’accès aux soins pour les pathologies pandémiques, épidémiques, non pandémiques, non épidémiques ou collatérales, de management du système de santé, de formation des professionnels de santé haïtiens en soins anti-pandémiques ou anti-épidémiques, de contrôle sanitaire des produits de consommation, en période de pandémie ou d’épidémie ;
  • D’y intégrer des règles générales d’hygiène des établissements recevant du public, d’urbanisme, de construction, de transport en commun, de protection contre l’insécurité occasionnée par la pandémie, ainsi que des règles incitatives aux investissements de protection anti-pandémique ou anti-épidémique ;
  • D’y prévoir la restitution des montants des amendes infligées et perçues pour violation du couvre-feu, en violation des dispositions de l’article 45 de la Constitution haïtienne et de l’article 4 du Code pénal, avant le 21 mai 2020 ;
  • De convertir les infractions pénales prévues par ce décret en infractions administratives relevant de la compétence du tribunal administratif.

Dans l’attente, je vous prie d’agréer, Son Excellence Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs les Ministres, les motifs de cette pétition et l’expression de mes salutations et dévouements patriotiques.

Amos Maurice, Docteur en Droit public, Avocat, 40, Delmas 33, rte de Delmas 33, Delmas, Haïti – amos.maurice.pro@gmail.com / Tél.: +509 4748 7650 / 3105 6732

MOTIFS DE LA PÉTITION

1° Le décret du 20 mai 2020 a besoin d’une harmonisation légistique, notamment pour une mise en compatibilité de son contenu avec son intitulé et son objet. Ce décret (v. considérants et art. 1) s’est donné pour objet de fixer les règles générales de protection de la population en cas de pandémie / épidémie, alors que ses dispositions sont surtout des règles pénales spécifiques.

2° Haïti fait partie des États qui se sont engagés à garantir en leur sein, entre autres, les droits civils et politiques, les droits économiques, sociaux et culturels, les droits de l’homme et les libertés fondamentales (DUDH – préambule (par. 6), art. 23, 25.1 et 26 ; PIDCP – art. 2.1 [décret du 23 novembre 1990] ; PIDESC – art. 2, 6, 7 et 8 [décret du 21 janvier 2012]). Il s’est aussi donné pour obligation de garantir : les droits inaliénables et imprescriptibles du peuple haïtien à la vie, à la liberté, à la liberté du travail, à l’égalité des conditions de travail, à la poursuite du bonheur, à la santé, à l’accès aux soins de santé, à l’éducation, au respect de la personne humaine, à l’accès à la justice (Const. haït. – 1er objectif et art. 19, 22, 23, 32.6, 35 et 35.2 ; ODD – but 16). Étant entendu qu’aucune de ces dispositions ne l’exonère de ses responsabilités en cas d’urgence, l’État haïtien a l’obligation de garantir ces droits et libertés, même en cas de pandémie ou d’épidémie. Pour ce faire, il se doit d’adopter les mesures innovantes appropriées pour faire fonctionner les institutions, activités et services en son sein pendant la pandémie de Coronavirus, d’autant qu’on ne sait pas quand ça va se terminer et s’il n’y en aura pas d’autres dans la foulée. Or, le décret en question a omis de prévoir des mesures nécessaires pour faire fonctionner les écoles et universités, les tribunaux et cours de justice, les établissements hospitaliers, les institutions, activités et services en cette période de pandémie. En son article 6, il interdit tout rassemblement et toute réunion ou activité mettant en présence, de manière simultanée, plus de 5 personnes, alors que certaines opérations chirurgicales nécessitent la présence de plus de 5 spécialistes, alors que des cours fonctionnent en collèges de juges et des institutions, en corps indissociables de plus de 5 personnes. Selon les dispositions de cet article 6, même la réunion et les décisions du Conseil des ministres (qui compte plus de 5 personnes) seront illégales. Le décret du 20 mai 2020 fait ainsi blocage au principe de la garantie des droits consacré par le PIDCP, le PIDESC, la DUDH et la Constitution.

3° Les dispositions de l’article 27 du décret du 20 mai 2020 disent que sont abrogés « toutes lois ou dispositions de lois, tous décrets-lois ou dispositions de décrets-lois contraires » à ce décret. Or, aucun décret ne peut abroger des lois, décrets-lois ou dispositions de lois ou décrets-lois, selon le principe de la hiérarchie des normes. Un décret doit nécessairement être conforme aux lois et décrets-lois en vigueur et s’attacher de les mettre en œuvre. La méconnaissance de ce principe dans le décret est constitutive d’une faute et d’une cause d’annulation par le juge de la constitutionnalité. Cette faute est d’ailleurs susceptible d’engager la responsabilité de la collectivité publique en cause devant les juridictions compétentes.

4° Les peines pécuniaires, privatives de liberté ou de travaux d’intérêt général (TIG) prévues par le décret du 20 mai 2020 sont en décalage avec la réalité haïtienne et les principes de nécessité, de proportionnalité, d’organisation et légalité des peines. Les premières sont trop élevées, tenant des revenus en Haïti. Les secondes n’apparaissent pas respecter les stipulations de l’article 5 (al. 6) de la Convention américaine relative aux droits de l’homme (loi du 18 mai 1979) et des articles 9 (al. 3 et 4) et 10 du PIDCP (décret du 23 novembre 1990) en ce qui concerne le but des peines, le délai de présentation du suspect devant le juge et le recours contre la sentence du Tribunal de simple police. Les peines de TIG, quant à elles, sont impossibles d’application en l’absence d’une loi qui les établit et les détermine, conformément aux dispositions de l’article 45 de la Constitution et de l’article 4 du Code pénal. Un Conseil municipal n’a pas compétence pour déterminer des TIG, contrairement aux dispositions dudit décret. L’application d’une peine de TIG demande son propre système de gouvernance, de prévention, de sécurité, d’affectation, de composition, de recours et de suivi qu’aucune loi ne semble avoir prévu en Haïti. Par ailleurs, les autorités pénitentiaires, qui peinent à préserver du coronavirus les personnes incarcérées ou emprisonnées, auront encore plus de mal à gérer de nouveaux arrivants contaminés ou pas dans les prisons.

5° Les dispositions des articles 10 et 11 de ce décret prévoient, à l’égard des agents de la force publique qui auront violé le couvre-feu ou l’obligation de porter un masque de protection, une peine de TIG de 30 jours, alors que ces agents fournissent déjà un TIG national en protégeant les vies et les biens. Ce décret reste d’ailleurs silencieux sur le traitement des agents qui seraient condamnés à des TIG et l’exercice de leur mission parallèlement, concomitamment ou intermittemment à une peine de TIG.

6° Le droit pénal est toujours clément à l’égard des primo délinquants ou personnes commettant une infraction pour la première fois, ou agissant sous l’influence de la force majeure ou d’une cause d’atténuation. Or, le décret du 20 mai 2020 ne prévoit aucune indulgence à l’égard des primo-délinquants, ni aucuns rappel à l’ordre, sursis ou mise à l’épreuve, ni aucune mesure de composition, d’atténuation ou de réinsertion pour ces personnes. 

7° Le décret du 20 mai 2020 passe trop à côté des besoins et opportunités créés par le coronavirus. Il a omis de réglementer et renforcer, entre autres, les télé-recours, les télé-procédures, le télétravail, la télé-éducation, la téléassistance, la télésurveillance, l’e-commerce, la télémédecine (assistance médicale à distance), de même que l’application de la loi du 16 février 2017 sur les échanges électroniques et la loi du 14 février 2017 sur la signature électronique, qui sont les plus attendus et les plus susceptibles de constituer des règles générales de protection de la population en cette période. Le Coronavirus a d’ailleurs fait apparaître l’urgence : d’un meilleur contrôle des supermarchés, supérettes, boutiques, boucheries, poissonneries et marchés ouverts ; d’un assainissement des établissements recevant du public ; d’une revalorisation du système de santé ; d’une assurance-pandémie/épidémie ; d’une règlementation adéquate de l’urbanisme, de la construction, du transport en commun ; d’un développement des métiers à domicile ; d’une adaptation aux incertitudes. À cela s’ajoute l’urgence : d’une règlementation du commerce ambulant, des produits de boulangerie (pains, biscuits, gâteaux…), des activités d’hôtellerie et de restauration, du commerce en détail de boissons et de produits de grignotage ; d’une stratégie incitative à l’investissement de protection anti-pandémique ou antiépidémique ; d’une prise en charge des pathologies non pandémiques, non-épidémique ou collatérales pendant la pandémie ou l’épidémie… Depuis le confinement, de nombreuses personnes atteintes de pathologies non pandémiques ou collatérales en meurent sans avoir accès aux soins. De nombreuses écoles dispensent des cours à distance à leurs élèves. De nombreux salariés travaillent à distance pour leurs employeurs ou patrons. De nombreux professionnels fournissent des services à distance à leurs clients. Et, faute d’une législation sur activités, recours et procédures à distance, on se voit obligés de courir les risques de se déplacer pour de menues démarches réalisables en quelques clics en quelques secondes.

8° Le décret du 20 mai 2020 s’est proposé de fixer les règles générales de protection de la population en cas de pandémie / épidémie, en prescrivant des mesures de distanciation sociale, de port de masque ou d’équipement de protection, de nettoyage de véhicule. Or, sur le plan sanitaire, même le Palais de justice de Port-au-Prince et les établissements hospitaliers sont en état d’insalubrité publique. Certains centres hospitaliers de santé sont dans un état tellement dangereux pour la santé qu’il vaut mieux pour des patients de ne jamais y aller. Médecins résidents et personnels de soins y sont traités de façon très infrahumaine. Dans des marchés ouverts, commerçants et usagers jonglent avec les détritus. Dans de nombreux supermarchés et supérettes, des barquettes de viandes n’ont même pas de dates d’emballage et d’expiration. Des marchés, boucheries et restos sauvages pullulent, sans un contrôle sanitaire adéquat. Des agents propagateurs de bactéries y piaffent ou pianotent sur des viandes et fruits de mer. Le décret reste taisant sur l’hygiène relative aux produits de consommation, aux institutions et espaces recevant du public, aux animaux et produits animaliers, alors que la pandémie peut être propagée par ces voies. Il reste aussi silencieux sur l’hygiène mentale et l’insécurité humaine collatérale occasionnée par la pandémie et le confinement, alors que ceux-ci amplifient les maladies mentales et l’insécurité humaine.

Vous offrant mes services, même bénévolement, pour une révision de ce décret, je requiers qu’il vous plaise, Son Excellence Monsieur le Président de la République, Monsieur le Premier Ministre, Mesdames et Messieurs les Ministres, de statuer sur cette pétition, conformément aux dispositions de l’article 127 de la Constitution haïtienne.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.